IBM logo

IBM : la naissance d’un géant

3 minutes

IBM est l’un des plus grandes multinationales technologiques du moment. 60ème entreprise la plus valorisée au monde (132 milliard de dollar en 2017, Forbes), 22ème plus gros employeur avec presque 400 000 salariés (Statista) avec une croissance de 5% sur ces 5 dernières années selon les analystes du Nasdaq.

 

Et pourtant, contrairement à Netflix, Apple, Microsoft, Amazon, … IBM n’est pas née à la fin des années 90, début des années 2000.

 

Mais avant la guerre. La première. Mondiale.

 

IBM est le résultat d’une fusion de trois sociétés américaines en 1911, la Computing Scale Company, la Tabulating Machine Company et la International Time Recording Company.

 

La Computing Scale Company est créée en 1891 par Edward Canby and Orange O. Ozia dans l’Ohio. La société achète un brevet pour la fabrication et la commercialisation de balances automatiques.

 

La Tabulating Machine Company est créée à la même période (début des années 1890, la date précise n’est pas mentionnée) par Hermann Hollerith, un statisticien diplômé de Columbia. L’Etat Américain lance au début des années 1890 un concours (sorte de hackathon) pour produire une machine capable de recenser la population américaine et en sortir des statistiques sur la croissance de sa population liée à l’immigration. Hermann Hollerith remporte ce concours et créé une entreprise qui va produire et commercialiser cette machine. Elle utilise la technologie d’écriture et de lecture sur des cartes perforées.

Sa technologie permet de recenser la population américaine en seulement 2.5 ans contre 10 ans avant cela, avec un gain d’économie estimé à 5 millions de dollars.

 

L’International Time Recording Company produit et commercialise des chronomètres mécaniques brevetés par Williard L. Bundy en 1888.

 

En 1911, Charles R. Flint, considéré comme le père du Trust à l’américaine (il a opéré dans le caoutchouc et le chewing gum), propose aux trois entreprises de fusionner et de créer ensemble la CTR (Computing-Tabulating-Recording Company).

 

Les premières années sont compliquées. Charles R. Flint fait alors appel à l’ancien patron de le National Cash Register Company, Thomas J. Watson (l’intelligence artificielle d’IBM, produit phare de la société ces dernières années, s’appelle IBM Watson).

 

Il prend la direction de l’entreprise en 1914, et double le revenu de la société en seulement 4 ans (pour atteindre 9 millions de dollars). Il donne une impulsion à l’entreprise qu’elle garde aujourd’hui : viser les grandes entreprises, refonte du service client, vendeurs professionnels, etc…

 

En 1924, CTR change de nom et devient International Business Machines Company (IBM) pour accompagner son extension internationale.

 

Jusque dans les années 50, c’est la machine d’Hollerith qui tire la croissance de l’entreprise.

 

Par la suite, et ce jusqu’à ce jour, IBM proposera des calculateurs de plus en plus performants, au service de l’intelligence artificielle.

 

En 1997, 20 ans avant Google et le jeu de Go, Deep Blue, une machine créée par IBM, bat Garry Kasparov alors champion du monde d’échecs.

 

C’est aujourd’hui l’un des leader dans le domaine de l’intelligence artificielle avec sa solution IBM Watson.

 

IBM est la preuve que l’intelligence artificielle n’est rien sans la capacité de calcul des machines qui la supporte.

 

Les technologies de Machine Learning, basées sur des logiques mathématiques de réseaux de neurones, pourtant théorisées dès les années 50, n’ont pas pu être transposées à l’informatique à cause du manque de puissance de calcul de ces machines.

 

C’est également la preuve que l’intelligence artificielle prend racine dans des machines aussi simples que des calculateurs. Plus la capacité de calcul augmenter, plus les possibilités informatiques augmentent. C’est exactement ce que nous vivons aujourd’hui.