Vaak lance son logiciel d'IA, capable de prévenir des crimes

Écrit par Clémentine Molinié on 27 mars 2019 14:16:08
Clémentine Molinié

Vaak-surveillance

Selon un rapport de Tyco Retail Solutions, le vol à l’étalage représentait 34 milliards de dollars de ventes perdues en 2017. Bien que cela ne représente que 2% du chiffre d’affaire, il s’agit d’un secteur avec des marges très minces.

Selon Gartner Inc, les détaillants devraient investir 200 milliards de dollars dans les nouvelles technologies cette année.  

C’est face à ces chiffres que la start-up japonaise Vaak, fondée par Tanaka Atsushi en 2017, a su se démarquer en créant Vaakeye, un logiciel d’IA destiné à prévenir les vols à l’étalage dans les magasins.  

Reste à savoir si cette avancée technologique ne laisse pas la porte grande ouverte à une justice préventive à la minority report.

 

La technologie de VaakEye

 

VaakEye est système d’intelligence artificielle prédictive qui peut repérer les voleurs à l’étalage avant qu’ils ne volent.  

En effet, ce logiciel permet de détecter les langages corporels potentiellement suspects. Grâce à un algorithme complexe qui tire parti du deep learning, cette IA analyse 100 000 heures de vidéosurveillance et 100 caractéristiques différentes comme les vêtements, le visage, le mouvement des articulations, les attributs, la foulée ...

Grâce aux informations recueillies, VaakEye détermine la probabilité de vol et alerte le personnel sur ces voleurs potentiels via une application.  

En plus de répertorier les personnes et les comportements suspects, il est possible de connaître les actions décisives menant au vol à l’étalage.  

Cette technologie a évidemment un coût. Il faut compter un abonnement mensuel de 18 000 yens TTC (à peu près 143 euros)  par caméra pour un service de détection de comportements suspects, de comportements de vol à l’étalage, d’affichage du résultat par écran de gestion et de notification du résultat par email ; Avec un petit bonus distribution de stickers “en cours d’analyse par Vaakeye”. Il s’agit ensuite d’étudier si ce coût est cohérent face à la perte occasionnée par le vol à l’étalage.  

La version bêta a été proposée à partir de mars 2018. Suite à des tests dans plusieurs dizaines de magasins de Tokyo, Vaakeye a été officiellement lancé le 5 mars 2019. Ce projet a été permis par un financement de 50 millions de yens provenant du fonds d’IA de SoftBank Group corp.  

Les tests de démonstration réalisés ont révélé une réduction de 77% ou plus des dommages causés par le vol à l’étalage, et une réduction de 96% ou plus de la durée du vol à l’étalage.

 

Un Minority report à la japonaise ?

Bien que ce dispositif puisse sembler porter atteinte à la vie privée, et aussi alimenter le débat sur la justice prédictive, préventive, c’est l’utilisation qui sera faite de cette intelligence artificielle qui sera décisive. 

En effet, tel qu’il est conçu, ce logiciel a un rôle préventif, pas punitif. Après avoir détecté un comportement suspect, le personnel sera averti et il pourra alors simplement demander à la cible si elle a besoin d’aide. Cela suffira à empêcher le vol.  

D’un certain point de vu, ce logiciel ne permet que d’effectuer une analyse plus efficace des résultats d’un outil déjà en place : les caméras de surveillance. L’humain, qui auparavant surveillait seul les clients du magasin, pourra se concentrer davantage sur la relation client par exemple.  

Les détaillants, dans un soucis de sécurité, ont demandé aux fournisseurs de logiciels d’IA comme Vaak de ne pas divulguer leur utilisation des systèmes anti-vol à l’étalage. Mais au final les plus grands détaillants ont déjà adopté l’IA dans de nombreux aspects de leur entreprise comme pour l’aide à la gestion des stocks, l’optimisation des livraisons, les discussions en direct avec les clients…  

Encore une fois, il s’agit de surveiller l’utilisation faite de ces logiciels, pas de les interdire. Vaak a par exemple d’autres perspectives plus inquiétantes comme l’analyse du comportement des consommateurs dans les magasins dans des buts marketing, ou bien des systèmes de paiement automatique basé sur la vidéo, ou même la détection des suicides ou des comportements suspects dans les lieux publics …

 

Vous pouvez aussi télécharger cet article en PDF ici

Topics: Actualités